Murmures

Delphine Chenu courée st jean

 

Pour les journées du patrimoine, la ville de Roubaix et l’association « Modes et Arts du Futur » proposaient une exposition autour du patrimoine textile et architecturale roubaisien sur le thème du passe-muraille.

Cette exposition présentée dans la cour d’honneur de l’ENSAIT ( École Nationale Supérieure des Arts et Industries Textiles) a mis en valeur « l’esprit de la ville » en mêlant la photo, la vidéo, des créations textiles, des écrits et du son.

Marianne Pattou du service Ville d’Art et d’Histoire, Françoise André de l’association Mode et Arts du Futur et Delphine Chenu, photographe du studio Portrait sensible, nous ont présenté l’événement.

NOTA : l’exposition sera de nouveau visible du 20 novembre au 12 décembre 2010 à la Manufacture des Flandres.

Feuilletez le catalogue

 PETITE photo forgePETITE photo la piscine

Actualités de la région

Le patrimoine roubaisien s’expose en photos au salon

PUBLIÉ LE 19/01/2012 À 00H00

Elle avait marqué les esprits lors des Journées du patrimoine 2010 à Roubaix. Hommage au patrimoine roubaisien, l’exposition « Murmures », réalisée par Françoise André et Delphine Chenu, s’est transportée au salon Tissu Premier.

C’est un fil tendu entre le passé et le futur. Un mélange subtil, à peine perceptible, d’histoire et de modernisme. L’exposition photographique Murmures, commandée par la Ville de Roubaix pour les Journée du patrimoine 2010, avait étonné. Ce travail autour du vêtement a naturellement trouvé une place au salon Tissu Premier.Pour évoquer le patrimoine roubaisien, l’équipe avait « choisi sept lieux intéressants à travailler », détaille Françoise André.
Styliste, artiste, elle est aussi la fondatrice de l’association Mode et Arts du Futur, à l’origine de l’exposition.L’idée des portraits au sein de ces lieux chargés d’histoire et de mémoire était de jouer sur le trompe-l’œil. Les vêtements se fondent ainsi dans le décor. Ici, une veste au motif de briques rouges pour intégrer une façade du Nouveau Roubaix. Là, une robe imprimée de pavés pour se fondre dans une courée.
Mais à y regarder de plus près, on découvre que les artistes se sont aussi amusés à jouer sur les matières.

Découvrir « les gammes de couleur de demain »
« Les motifs sur la robe, c’est de l’impression numérique, commente Françoise André. Une technique très moderne. La veste qui représente les briques, c’est de la dentelle. » La styliste aime jouer avec les matières. On comprend que son travail trouve sa place au salon Tissu Premier.
Un salon qui, pour elle, représente « le coup d’envoi de la saison ». Elle aime y retrouver des amis, des vieilles connaissances.
« Ça permet de prendre la température du marché, des mouvements. Savoir comment se portent les concurrents. » Surtout, la styliste y trouve son inspiration et découvre « quelles seront les gammes de couleur de demain ». Des gammes de couleur que l’on retrouvera autant dans ses créations que dans ses œuvres.
H.H.Nord Éclair
Share Button

ÉDITIONS